L’évolution du print

Le marché évolue, les réseaux sociaux explosent. De plus en plus d’images sont imprimées directement depuis Facebook à des prix modiques. C’est une tendance générale sur le marché du tirage photo sur laquelle s’est penché Photononstop. Quels supports ? Quel prix ? Quel marché ? Quel sera l’avenir du print en 2015 ? Des questions que vous vous posez sûrement si vous imprimez ou avez l’intention d’imprimer des images en direction du BtoC.

L’ère numérique a fait exploser les business model de l’économie actuelle. Le marché de l’impression photo n’a pas non plus été épargné par cette vague digitale. En effet, selon Graphorama.com, « en 10 ans (…) le nombre d’imprimeurs a été divisé par 3, passant de 12 000 à moins de 4 000 ». Et cette baisse est en continue depuis quelques années. Les boutiques physiques disparaissent à mesure que le marché bascule vers l’impression en ligne : le web-to-print.

L’impression simple de photo n’est plus le produit star

 

La dématérialisation des boutiques physiques

Trouver un site de tirage en ligne devient de plus en plus facile. Des pure player apparaissent (notamment le leader européen Photobox en 1999) suivit des géants qui font la transition (Photoservice, Auchan, Fnac… ).
Désormais le consommateur peut imprimer ses clichés en quelques clics sur internet à des tarifs attractifs. Un tirage 10*15 dans un Labo Fuji coûtait 15€ pour 36 clichés. Sur un site comme Photobox, la même chose revient à 6,84€ (sans les frais de ports). Une différence de prix qui explique la grande popularité des sites de tirage en ligne.
Le mode de consommation de la photo a par ailleurs changé. Avant, on développait surtout dans des formats classiques. Aujourd’hui, on peut choisir de plus grands formats à des prix abordables. Il est donc important pour un site de photos marchand de proposer un service de tirage en ligne. En 2012, une étude de Harris Interactive affirmait que plus de deux tiers des français imprimaient leurs photos. 62% le font pour offrir : on peut ainsi prévoir une offre spéciale pour les cadeaux (Packaging spécifique, message personnalisé, livraison sans facture etc). Et parmi les 38% restant, plus de la moitié pour montrer à leur entourage. L’autre partie pour décorer leur intérieur. Il ne faut donc pas se cantonner aux formats d’impression classique. Il faudra proposer des supports (toile, papier de qualité supérieure etc.) et des tailles différentes. Ce marché intéressera notamment les photographes professionnels qui pourront aussi proposer leurs clichés à des particuliers, étendant ainsi leur clientèle.

Calendriers, livres-photo et autres goodies prennent le pas

Mais le produit le plus prisé, n’est pas l’impression photo classique. Les dérivés sont plus populaires auprès des clients. En effet, sur les sites de print, le plus gros du chiffre d’affaire est réalisé grâce à l’impression de calendriers, livres-photo ou autres goodies. Le produit le plus plébiscité : l’album imprimé. Peu cher (une trentaine d’euros en moyenne), personnalisable à souhait, il s’inscrit dans une optique de préservation du souvenir.

Jeune fille tenant un polaroïd devant elle

Une nouvelle manière de consommer la photo

L’impression simple de photo n’est plus le produit star.

Le marché de l’impression photo évolue désormais vers les réseaux sociaux. Les photos ne sont plus stockées sur l’ordinateur mais plutôt sur ces derniers. Chaque jour, plus de 400 millions d’images y sont postées. Ce sont désormais des scènes anodines et le quotidien qui sont surtout immortalisés et partagés grâce aux smartphones. Les spécialistes se tournent donc désormais vers l’impression de photos directement via Facebook ou Instagram. Une stratégie qui s’inscrit dans le désir de faire tester l’impression à un public (jeune) qui ne l’a pas connu. Pour preuve le rachat de Sticky9 par Photobox. Sticky9 permet l’impression de photos sur Instagram sur divers supports (papier photo classique, autocollants, aimants, coque pour portable etc.). L’innovation repose sur leurs photos autocollantes repositionnables à volonté. Dans le même esprit, des français ont crée Prynt : un gadget se fixant à nos smartphones et qui les imprimerait…instantanément ! Pour le moment ce projet est en récolte de fonds sur Kickstarter. Mais je n’ai aucun doute quant à son succès futur !

Le web-to-print n’est pas donc pas qu’une simple évolution d’un site internet. C’est la création d’un nouveau service qui s’inscrit dans un développement stratégique de l’entreprise pour s’adapter au marché. Le futur se tourne donc vers les plateformes sociales et leurs usagers. Et vous, êtes vous prêts à sauter le pas ?

Déposer un commentaire